AMED, a choisi, pour son activité mensuelle AMEDébat, pour le mois de mars, le thème « EAU ».

WhatsApp Image 2018-03-26 at 09.44.24

« L’eau, une richesse gaspillée ;
Quelles bonnes pratiques pour une consommation responsable. »
L’Association Marocaine pour un Environnement Durable – AMED, a choisi, pour son activité mensuelle AMEDébat, pour le mois de mars, le thème « EAU ».
Animé par Mezzour Hodaifa, membre de l’AMED et acteur associatif, le riche débat s’est concentré, en grande partie, sur – comme indiqué dans le titre – les bonnes pratiques pour une consommation responsable et, surtout, sur le comment et par quels moyens parvenir à sensibiliser les gens à, en quelque sorte, « sacraliser » l’eau, cette eau qui se fait de plus en plus rare un peu partout dans le monde, et en consommer avec modération. A ce propos, il y a des voix qui montent annonçant, dans la cinquantaine d’années à venir, la probabilité d’une guerre de l’eau.
Si dans les villes, il y a le généreux robinet, dans le monde rural les populations, dans des régions de plus en plus nombreuses, souffrent du manque et ce qui s’ensuit comme sécheresse, problèmes d’hygiène… Dans beaucoup de villages et de douars, les populations sont obligées de marcher plusieurs kilomètres à la recherche d’un peu d’eau pour survivre.
Ce débat a été enrichi par les interventions de Mme Hajar Khamlichi et de M. Rhoni qui ont apporté des éléments d’information pertinents quant au stock de l’eau potable, aux bassins, à la distribution, au traitement, à l’usage et au gaspillage, à la relation ONEP-Amendis, principalement et, d’autre part, au traitement des eaux usées et à leur évacuation dans la mer.
Pour revenir à la sensibilisation, l’AMED, qui n’est pas à sa première s’agissant de ce volet, compte, dans un proche avenir, organiser une campagne, une vraie et longue campagne, pour inciter les gens à consommer l’eau avec responsabilité, avec modération, en partenariat avec quelques écoles et collèges, les médias locaux, quelques arrondissements, quelques associations de quartiers.
Il est extrêmement difficile de faire changer les mauvaises habitudes concernant l’usage de l’eau, le gaspillage de l’eau, aussi bien par les populations que par les conseils communaux ( arrosage de gazon et anarchie des fontaines publiques), mais c’est déjà un bon pas que celui de cette imminente campagne, dira Lotfi Chraibi, président de l’AMED.

Comments are closed